Clos des vignes du Maynes

Clos des vignes du Maynes

Biodynamie et vinifications pures au service des beaux terroirs

Les origines du Clos des Vignes du Maynes remontent à l’an 910, date de création de l’abbaye de Cluny. Propriété des Seigneurs du Château de Cruzille, le domaine a ensuite appartenu à cinq générations de paysans avant d’être racheté en 1952 par Pierre et Jeanne Guillot. 

Le Clos n’a jamais connu la chimie et a toujours été cultivé dans le plus grand respect de la terre. Dès le début, le grand père de Julien Guillot a décidé de faire vins en agriculture biologique, sans produit chimique, sans désherbant, sans insecticide et sans soufre. Julien a rejoint le domaine en 1998 qu’il a fait passé en agriculture biodynamique. Depuis 2001 c’est lui qui est en charge et qui a encore améliorer la qualité des vins.

Julien Guillot définit lui même ses vins comme des vins de partage, conviviaux et fluides. Si cela est vrai, ce serait néanmoins réducteur de passer sous silence leur incroyable finesse, leurs arômes floraux envoutants et leur texture et touché de bouche si reconnaissables. Si l’appellation Mâcon est parfois mal considérée, attention, les vins du Clos des Vignes du Maynes sont de grands vins de tables, racés, complexes et capables d’affronter de très longues années en cave. Une dégustation au domaine l’année dernières sur des millésimes de plus de 20 ans nous avait laissé sans voix.

Infos complémentaires du domaine sur la biodynamie et leurs vinifications :

"Dans l’optique d’améliorer encore nos sols et nos plantes, nous avons lancé nos premiers tests en biodynamie en 1998. Dès la deuxième année nous avions été impressionnés par les résultats et avions assisté à une explosion de la matière organique, à la fois au niveau de la faune et de la flore. Depuis près de 20 ans maintenant, nous accompagnons les 4 saisons dans cette logique. L’objectif de la biodynamie est d’incarner la plante pendant toute l’année en effectuant des travaux spécifiques et adaptés : à l’automne, c’est la décomposition de la matière organique ; au printemps, c’est la remobilisation de celle-ci, puis nous guidons la métamorphose de ces matières en feuilles, en sève, en fleurs et en fruits. Notre objectif est d’accompagner ces différentes étapes avec des préparations comme, la bouse de corne, la Silice, les prêles, les tisanes etc."